Tribune Ensemble contre le sexisme : Pour un plan de déconfinement antisexiste

Parce que lutter contre le sexisme, c’est défendre les droits fondamentaux des femmes, parce que la crise sanitaire renvoie les femmes aux archaïsmes de leur condition, nous, les 39 associations réunies dans le collectif Ensemble contre le sexisme, proposons de déclarer l’état d’urgence contre le sexisme.

Mobilisé.es au quotidien contre les inégalités entre les femmes et les hommes dans nos associations, nos entreprises, nos réseaux professionnels ou nos administrations respectives, nous sommes partagé.es entre admiration et indignation.

Notre avenir ne doit pas être l’éternel recommencement de l’invisibilité des femmes. Il est temps de prendre conscience que notre société sexiste est bâtie sur le patriarcat qui implique une hiérarchie entre les sexes.

Les femmes ne veulent ni médailles, ni promesses, ni considération feinte.

Nous exigeons un plan de déconfinement antisexiste. Et, pour commencer, des mesures rapides :

  • Refonder les rémunérations sur les valeurs effectives des métiers, en s’inspirant du modèle québécois
  • Intégrer aux programmes scolaires de tous niveaux une éducation à la culture de l’égalité et à la sexualité et instaurer une journée consacrée à l’égalité entre les filles et les garçons dans tous les établissements scolaires et universitaires
  • Garantir que l’ensemble des financements publics bénéficient au moins à 50% aux femmes
  • Instaurer l’obligation de 50% de femmes expertes dans les médias
  • Rembourser intégralement toutes les contraceptions et imposer le délai de 14 semaines de grossesse pour l’IVG
  • Lutter contre l’invisibilité des femmes dans le langage et utiliser l’écriture inclusive dans toutes les communications publiques et privées
  • Contrôler la mise en place effective de l’égalité salariale dans les entreprises et la fonction publique et sanctionner financièrement les manquements
  • Rendre obligatoire un congé paternité allongé et rémunéré
  • Valoriser l’héritage culturel, artistique, intellectuel et scientifique des femmes : inscrire le matrimoine, au même titre que le patrimoine, dans les programmes scolaires et universitaires et dans l’espace public
  • Sanctuariser les budgets dédiés à l’Égalité et la Diversité, et rendre obligatoires les formations contre le sexisme pour toutes et tous dans les entreprises de plus de 10 salarié.es
  • Généraliser à tous les secteurs professionnels la création d’une cellule d’écoute et d’accompagnement contre les violences sexuelles et sexistes
  • Lutter contre les stéréotypes sexistes des représentations des femmes dans les fictions, à la télévision, au cinéma, dans la publicité, etc. et créer une infraction d’atteinte sexiste à l’image
  • Cibler au moins 50% des financements publics à la formation professionnelle des femmes
  • Exiger la parité pour tous les postes à responsabilité et instaurer des sanctions financières dans tous les secteurs privés comme publics (sport, culture, entreprises, etc.)
  • Instaurer une journée nationale contre le sexisme
De même que les plans de relance et de soutien à l’économie doivent être assortis d’exigencesclimatiques, les politiques publiques entrepreneuriales et managériales de sortie de crise doivent inclure des exigences féministes, pour que les femmes soient la grande cause du déconfinement. 

SIGNATAIRES

Les membres d’Ensemble contre le sexisme : AAFA – Tunnel des 50, Administration Moderne, Assemblée des femmes, ASTREA, BECOMTECH, BPW France, Centrale au Féminin, Centre Hubertine Auclert, Cercle InterElles, Chiennes de garde, Conseil national des femmes françaises, Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF), Excision, parlons-en !, Experte des politiques d’égalité, Femmes Ingénieurs, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA), Femmes solidaires, Fémix’Sports, Fédération Nationale des CIDFF (FNCIDFF), FédérationNationale Solidarité Femmes (FNSF), Financi’Elles, Fondation des Femmes, Global Contact, Grandes Ecoles auFéminin, Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE), JUMP, Laboratoire de l’Egalité, Mouvement HF, Mouvement français pour le Planning familial, Observatoire de la qualité de vie au travail, ONU Femmes France, Politiqu’elles, Prenons la une, Science-Po au Féminin, Social Builder, Toutes Femmes, Toutes Communicantes, Union des Jeunes Avocats, Women in Networking (WIN), Women Safe

Podcast « Féminisme et Pop Culture » spécial musique

Natasha Le Roux, militante d’HF Île-de-France, était l’une des invitées de la 2ème Causerie « féminisme et pop-culture » du Centre Hubertine Auclert sur le thème « la musique pop : un nouveau souffle ? »

Angèle, Barbara Pravi, Beyoncé et avant elles des pionnières comme Patti Smith, Janis Joplin, Marianne Faithfull ou encore Madonna… Toutes ont bravé les obstacles et se sont fait une place dans la pop ! Luttant pour vivre de leur art, imposant leur propre style artistique et vestimentaire et s’emparant de la scène, elles ont contribué à briser les carcans du genre et prôné un féminisme « girlpower ».

Aujourd’hui, un nouveau souffle féministe semble irriguer le secteur de la chanson, des pointures de la pop américaine comme Ariana Grande, des chanteuses françaises engagées comme Clara Luciani, Pomme, Izia ou Aloïse Sauvage leur emboitent le pas. Comment les femmes se sont-elles emparées de la scène et ont eu accès à la notoriété dans un univers très masculin ? En dehors de figures iconiques de la pop, quelle est la place réelle des femmes dans les musiques actuelles ? Sont-elles des exceptions qui cachent mal les difficultés d’accès à la scène et à la production pour les femmes artistes ?

LES INVITÉES DU PODCAST :

  • Natasha Le Roux, musicienne, directrice de l’école de musique, danse et théâtre de Villetaneuse (93) et militante d’HF IDF 
  • Marie Buscatto, professeure des universités en sociologie à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne & chercheure à l’IDHES, Paris 1- CNRS, spécialisée sur le genre et la musique
  • Sophie Rosemont, journaliste, chroniqueuse, autrice du livre « Girls rock », 2019
  • Silly Boy Blue, chanteuse, musicienne
  • Avec des extraits exclusifs du documentaire « La cantatrice chôme« , qui sortira prochainement 

DANS CE PODCAST, VOUS AVEZ PU ÉCOUTER :

  • Sister Rosetta Tharpe « Up above my head »
  • Aretha Franklin « Respect »
  • Madonna « Like a virgin »
  • Zarmazones « Go girls »
  • Janis Joplin « Summer time »
  • Pomme « Sorcières »
  • Silly Boy blue « The fight »

POUR EN SAVOIR PLUS :

UN PODCAST RÉALISÉ PAR JULIE MURET & ANAÏS DE MURET :

Avec la collaboration de Natasha Le Roux, Marie Buscatto, Sophie Rosemont, Ana Benabdelkarim, Florent Barrallon. Un grand merci à la plateforme Ausha pour l’hébergement.

 

    COMMUNIQUÉ Mouvement HF : Mesures d’urgence pour les femmes dans les arts et la culture

    Le Mouvement HF exige un plan d’urgence du Ministère de la Culture : 
    5 mesures pour soutenir les femmes dans les secteurs des arts et la culture.

    Chaque crise vient creuser les inégalités. La crise actuelle liée à la lutte contre l’épidémie du Covid 19, qui s’abat sur le secteur des arts et de la culture et particulièrement sur le spectacle vivant, affecte en premier lieu les femmes artistes et professionnelles. Elle risque d’impacter les efforts engagés en matière d’égalité ces dernières années.

    C’est la raison pour laquelle, le Mouvement HF demande au Ministère de la cuture de prendre en compte l’impact sexospécifique de la crise en apportant des réponses qui ne devront pas reproduire ou perpétuer les inégalités.

    L’égalité entre les femmes et les hommes doit rester un objectif prioritairede l’action de l’Etat. Des mesures concrètes doivent être appliquées rapidement pour répondre à cette priorité, déjà exprimée dans la feuille de route égalité 2019-2022 du Ministère de la Culture.

    Le contexte impose la mise en œuvre d’actions spécifiques pour éviter que l’impact de la crise sanitaire actuelle ne fragilise encore davantage les femmes dans les secteurs des arts et de la culture.

    En complément des plans d’urgence déjà annoncés par l’Etat, une stratégie de soutien spécifiquement dirigé vers les femmes artistes et professionnelles de la culture, les plus durement impactées par le confinement et l’interruption d’activité pendant plusieurs mois, le Mouvement HF propose 5 mesures spécifiques, compte tenu des graves conséquences qu’entraîne la pandémie sur l’emploi, sur l’attractivité et sur la viabilité économique des structures, subventionnées ou non.

    5 mesures concrètes pour garantir l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’action publique, en cette période de crise :

    1) L’égaconditionnalité comme contrepartie non négociable des plans de relance et de toutes les conventions d’objectifs et de moyens
    Les plans de sauvetage et de relance à destination de l’ensemble du secteur culturel doivent tenir compte des mesures prises en matière d’égalité par les entreprises.
    Tendre à une plus juste allocation des financements publics est un enjeu prioritaire.
    Le Ministère de la Culture doit par ailleurs activer la mise en place tant attendue de l’égaconditionnalité dans toutes les conventions d’objectifs et de moyens établies avec ses partenaires. La mise en œuvre de cet engagement ministériel ne peut plus attendre.
    2) Maintien des subventions en direction de l’égalité et aménagements financiers d’urgence pour les femmes artistes
    Un aménagement exceptionnel des règles d’assurance chômage des intermittent·e·s doit être mis en place comme proposé unanimement par les organisations syndicales du secteur.
    Toutes les femmes, y compris celles très souvent non rémunérées par l’assurance chômage des intermittent·e·s doivent être identifiées et recevoir des aides financières d’urgence. Les DRAC représentent le bon échelon pour ce repérage qui pourra marquer concrètement leur engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes.
    Lors du déconfinement les besoins en matière de garde d’enfants seront décuplés pour permettre les meilleures conditions possibles de la reprise d’activité. Les femmes artistes ne doivent pas avoir à définir des priorités attachées à leurs responsabilités parentales au détriment de leur professions d’artistes. Des modes de garde spécifiques pour les artistes du spectacle vivant y compris sur des créneaux horaires atypiques doivent être mis en place. Les fonds dédiés à l’égalité par les organismes, notamment le CNM, ne doivent pas être « réquisitionnés » à d’autres fins.
    3) Des actions renforcées pour lutter contre les violences sexuelles et le sexisme
    La reprise d’activité risque de générer une concurrence féroce et encore plus déloyale vis-à-vis des rares emplois auxquels femmes et hommes pourront prétendre.
    Tous les mécanismes biaisés d’accès à l’emploi contre lesquels nous luttions vont se voir renforcés comme la cooptation masculine mais encore et surtout les violences et le harcèlement sexuels. Une vigilance est de mise pour éviter à ces mécanismes de se reproduire.
     
    Nous exigeons également la mise en place immédiate de la cellule d’écoute et de suivi des victimes qui devait se mettre en place le 1 janvier 2020. Nous demandons que cette cellule soit opérationnelle immédiatement et fonctionne avec une large amplitude horaire.
    4) Assurer une voix égale aux femmes dans la prise de décision
    Pour avoir une voix et des pouvoirs égaux dans la planification et l’exécution des interventions en cette période de crise, nous exigeons que la Fédération du Mouvement HF puisse notamment siéger aux instances de délibération de tous les organismes culturels et en particulier au Conseil professionnel du Centre National de la Musique.
    5) Mettre en œuvre à moyen et long termes l’ensemble des préconisations et engagements déjà exprimés
    Qu’il s’agisse des engagements de la feuille de route égalité 2019-2022 du Ministère de la Culture ou plus largement des recommandations du HCE, des mesures globales doivent être mise en œuvre dès à présent pour permettre d’assurer dans les semaines, les mois et les années à venir les conditions nécessaires à l’application de ces exigences en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.

     

    Cette stratégie devra s’articuler conjointement entre l’Etat, les collectivités territoriales et les institutions publiques et privées à même d’assumer leur part de responsabilité pour garantir un avenir favorable à nos secteurs d’activités.
    L’égalité entre les femmes et les hommes est un enjeu qui nécessite d’agir à tous les niveaux, en faveur d’une société plus juste et plus démocratique, soucieuse de ne pas discriminer la moitié de notre Humanité.
    Il en va de la responsabilité de chacun et chacune d’agir à son endroit.
    Le Mouvement HF souhaite que l’Etat, le Ministère de la Culture, les collectivités territoriales, et l’ensemble des institutions partenaires se saisissent de ces problématiques pour agir collectivement à toutes les échelles d’interventions. 
    Ce moment de crise nous en rappelle l’urgence.

    La Fédération interrégionale du Mouvement HF

    Exposition itinérante #TuJouesBienPourUneFille

    Forte de son succès digital, la campagne de sensibilisation #TuJouesBienPourUneFille est désormais disponible sous forme d’exposition itinérante.

    Cette exposition comporte 10 panneaux identifiant les inégalités professionnelles problématiques du secteur des musiques actuelles. Neuf panneaux présentent chacun le portrait d’une femme professionnelle du secteur des musiques actuelles, accompagné de données chiffrées illustrant l’absence de mixité dans ce secteur. Un dixième panneau présente la campagne dans son intégralité.

    Cette exposition s’adresse à l’ensemble des publics des musiques actuelles, de tous âges, sexes et milieux. Elle est disponible à la location pour les Conservatoires, écoles de musique, salles de concert, studios de répétition, mairies, médiathèques, collèges et lycées, centres socio-culturels, universités, etc.

    L’intervention d’un.e membre de l’association HF Île-de-France peut-être envisagée pour présenter l’exposition et les problématiques qu’elle soulève, sous forme de médiation, table ronde, etc.

    EXPOSER LA CAMPAGNE #TUJOUESBIENPOURUNEFILLE

    Vous souhaitez louer cette exposition pour votre structure ?

           > Ecrivez-nous à : contact@hf-idf.org

    Appel à projets Journées du Matrimoine 2020

    La 6ème édition des Journées du Matrimoine, organisée par HF Île-de-France, se tiendra les 19 et 20 septembre 2020 en Région Parisienne.

    Pour la seconde année consécutive, un appel à projets a été lancé, afin d’élargir le réseau de structures et citoyen.ne.s participant.e.s. 

    Merci pour vos nombreuses propositions. L’appel à projets est désormais clôturé.

     

    Retour sur l’événement contre le sexisme du 27 janvier 2020 – Ensemble Contre le Sexisme

    En tant que membre du collectif Ensemble contre le sexisme, HF Île-de-France était présente au « 5 à 7 » contre le sexisme :

    De la Joconde à Lara Croft : les représentations des femmes…

    Introduction par Laurence Rossignol, Sénatrice, Présidente de l’Assemblée des Femmes
    Animation par Isabelle Motrot, Directrice de la Rédaction de Causette
    Avec les comédiennes Noémie de Lattre, Typhaine D, Blandine Métayer, Sophie Bourel et la Cie Okto

    Trois thématiques ont été développées autour du thème principal des représentations des femmes :
    – La représentation des femmes dans l’image et le langage
    – La représentation du corps des femmes
    – La représentation des femmes dans la Tech

    Pour prolonger les réflexions initiées au cours de ce « 5 à 7 », voici 4 podcasts à écouter et partager :

    Retrouvez ici l’appel des 37 associations qui composent le collectif Ensemble contre le sexisme, pour la création d’une journée nationale contre le sexisme !

    Le combat continue avec l’appel pour la création d’une journée nationale contre le sexisme : 

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Soutien à Emilie Delorme

    À l’initiative du Mouvement HF, un ensemble de structures professionnelles : ASTREA Réseau de femmes artistes, Paye ta note, L’A-CDCN et le Réseau Fair_Play, affirme ici son soutien total à Émilie Delorme et demande au Ministre de la Culture, Monsieur Franck Riester de dénoncer la cabale ignominieuse dont Madame Emilie Delorme a fait l’objet et d’entériner au plus vite sa nomination à a tête du CNSMDP conformément aux voeux exprimés par le CA du mercredi 4 décembre dernier. 

    Il faut répondre à la violence de cette campagne de dénigrement indigne en dénonçant la tentative de salir sa réputation de professionnelle de la musique classique et regretter qu’on ne s’arrête pas sur ses compétences, délibérément ignorées par ses détracteurs. 

    Rappelons qu’Émilie Delorme est une professionnelle reconnue en France où elle dirige l’Académie du festival d’Aix-en Provence ainsi que l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée depuis plus de dix ans auprès de Bernard Foccroulle avec lequel elle avait précédemment collaboré au théâtre de la Monnaie. Elle jouit également d’une excellente réputation en Europe où elle a fondé en 2009 ENOA, réseau européen des académies d’opéra , ainsi que dans le monde méditerranéen où elle a fondé en 2014 un incubateur d’artistes émergents de la Méditerranée fédérant plus de 25 pays, et oùelle est sollicitée pour des missions d’expertise, comme à l’occasion du projet du Grand théâtre de Rabat. 

    Alors que lui reproche-t-on ? Son engagement pour l’égalité ?
    Émilie Delorme a toujours tenu ensemble la plus haute exigence de l’art et la conscience des inégalités. Qui osera contester la réalité chiffrée selon laquelle le milieu de la musique classique n’est pas traversé par ces inégalités entre milieux économiques et sociaux, entre femmes et hommes, entre les formes musicales elles- mêmes ? 

    Nous devons nous réjouir que les convictions d’Émilie Delorme conjuguent la quête de l’art et celle de l’égalité, pour former des musicien.nes et des danseur.euses demain plus outillé.e.s et conscients de leur place dans la société…
    Il ne faut sans doute pas sous-estimer la déstabilisation que provoque l’arrivée d’une femme au sommet de l’enseignement musical classique…La première à ce poste prestigieux. Il ne faut sans doute pas non plus sous-estimer la tension générée par l’interminable processus de recrutement, qui a laissé des candidat.e.s déçu.e.s, sans parler de leurs mentor.es … 

    Nous remercions et saluons les nombreux témoignages, positifs, qui affluent de toutes parts : d’artistes avec lesquel.les elle a travaillé ces dernières années, aussi bien que d’inconnu.e.s pour saluer son professionnalisme et la légitimité de sa candidature à la direction du CNSMDP. 

    Les associations et collectifs de la Fédération interrégionale du Mouvement HF 

    L’A-CDCN

    ASTREA Réseau de femmes artistes

    PayeTa Note

    Réseau Fair_Play 

    Pour tout contact : 

    Pour HF Île-de-France, contact@hf-idf.org 
    06 62 59 01 26 

    Valérie BRIGNIER, attachée de presse
    06 83 54 74 14

    Télécharger le communiqué de presse

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Le Mouvement HF exige des actes du ministère de la Culture contre les violences sexuelles et sexistes

    Les témoignages récents qui dénoncent les violences sexuelles et sexistes dans les arts et la culture se multiplient, notamment ceux d’Adèle Haenel et de Valentine Monnier, et obligent les pouvoirs publics, dont le ministère de la Culture, à agir. 

    Le Mouvement HF, association qui lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture, dénonce, avec d’autres et depuis son origine en 2008, un système d’oppression institutionnalisé des hommes sur les femmes, une culture du viol et un écosystème sexiste qui persistent du fait d’une réelle omerta.

    Nous sommes écœuré·e·s de recueillir quotidiennement des cas de violences sexuelles et sexistes dans tous les secteurs des arts et de la culture et nous avions déjà interpellé le ministère de la Culture et les pouvoirs publics en juillet et septembre derniers.

    Dans la Culture, la domination masculine, qui génère ces violences, persiste dans les directions, les régies, sur les plateaux de théâtre, de cinéma, de danse, de musiques… 

    Les violences sexistes et sexuelles s’abritent souvent derrière le « talent » ou la liberté de création, laissant libre cours à des méthodes de travail scandaleuses et illégales. Le metteur en scène qui oblige la comédienne à se mettre nue ou à embrasser un partenaire alors qu’elle ne le veut pas. Le chorégraphe qui touche les corps des danseuses de façon inappropriée lors de répétitions. Le coach scénique qui exige de la musicienne une posture aguicheuse ou sexuelle sur scène alors que ce n’est pas l’image qu’elle veut donner d’elle. L’enseignant qui a des gestes ou des propos inappropriés envers une élève ou une étudiante. L’organisateur d’un tremplin dont le jury est exclusivement constitué d’hommes…

    Depuis deux ans, les affaires de violences sexuelles et sexistes se multiplient mais la plupart restent classées sans suite ou déboutées par la justice, dans un climat d’inertie institutionnelle toxique.

    Pire encore, rattaché au ministère de la Culture et membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, un haut fonctionnaire pervers a pu agresser impunément plus de 200 femmes pendant 10 ans sans que les autorités ne les écoutent ni n’interviennent (Libération, 8 novembre 2019).

    Le Mouvement HF est las des déclarations d’intention ou de la compassion médiatique du ministre de la Culture.

    C’est pourquoi le Mouvement HF :

    • Apporte son soutien à toutes les paroles de victimes qui dénoncent ces violences,
    • Demande une audition au ministre de la Culture pour exiger la mise en place d’un véritable plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans les arts et la culture sur la base des propositions des syndicats et organisations professionnelles,
    • Demande l’application du principe de précaution et du concept de faisceau d’indices concordants, par le retrait provisoire d’un directeur mis en cause et via une clause incluse dans les conventions d’objectifs,
    • Demande la mise en place d’une cellule d’écoute et d’accompagnement juridique doublée d’une cellule d’enquête élargie au secteur subventionné,
    • Appelle à manifester le samedi 23 novembre 2019 contre les violences sexuelles et sexistes.

    Les associations et collectifs de la Fédération interrégionale du Mouvement HF

    Pour tout contact : 

    Anne GRUMET, présidente du Mouvement HF, membre experte du HCE 06 24 98 40 68

    Attachée de presse : Valérie BRIGNIER 06 83 54 74 14

    Pour HF Île-de-France, contact@hf-idf.org

    Télécharger le communiqué de presse

    Revue de presse des Journées du Matrimoine 2019

    Pour la 5ème édition des Journées du Matrimoine les 21 et 22 septembre 2019, 10 structures ont proposé trois parcours architecturaux, une visite d’atelier de restauration de tableaux, du théâtre, des lectures, un spectacle déambulatoire interactif, un atelier éditorial et des visites commentées, soit 22 rendez-vous.

    Des figures de femmes appartenant à toutes les époques et à toutes les disciplines artistiques ont été évoquées à travers cette programmation, avec à l’honneur l’architecte Edith Girard.

    Téléchargez la revue de presse